Comment reconnaître une personne atteinte de psychose ?

266

Les chercheurs étudient les facteurs de risque et les mesures préventives liés à la schizophrénie, depuis les premiers signes jusqu’au diagnostic complet.

La schizophrénie est une maladie mentale grave. Les symptômes sont caractérisés par des hallucinations, des délires et un discours ou un comportement désorganisé, la schizophrénie peut gravement nuire à la capacité d’un individu à fonctionner dans la société et à mener une vie satisfaisante.

A découvrir également : Comment choisir son site de vente de CBD ?

En partie à cause des préjugés entourant la maladie mentale et en partie à cause de la complexité du cerveau humain, les informations sur la prévention des maladies mentales telles que la schizophrénie sont rares. Le Dr Jacob Vorstman est un psychologue pour enfants néerlandais qui a récemment déménagé à l’Hospital for Sick Children de Toronto, au Canada. Selon un récent article paru dans Science, le Dr Vorstman est engagé dans de puissantes recherches pour comprendre le développement de la schizophrénie. et pour la prévenir.

En fait, la recherche sur la prévention de la schizophrénie se concrétise enfin ; des thérapies cognitives et les suppléments prénatals, au tout premier essai clinique randomisé d’un médicament expérimental de prévention actuellement en cours en Allemagne.

A lire aussi : Quelle mutuelle senior prendre ?

Les symptômes commencent plus tôt que prévu

Au début de cette recherche, les scientifiques pensaient que les premiers symptômes de la schizophrénie se manifestaient après une première crise psychotique. Ils savent maintenant que les symptômes apparaissent beaucoup plus tôt. Reconnu comme un trouble de la personnalité schizotypique, les scientifiques peuvent identifier les jeunes qui présentent 30% plus de risque de développer la maladie.

Dix pour cent des parents schizophrènes et 50 % de ceux qui ont un jumeau schizophrène développeront la maladie. Les chercheurs s’accordent à dire qu’il existe une forte composante génétique dans le développement de la maladie, mais ils estiment qu’un millier de gènes peuvent interagir pour créer une prédisposition.

Les facteurs environnementaux augmentent le risque

Les scientifiques ont également identifié quelques facteurs environnementaux qui augmentent le risque. Par exemple, les enfants de femmes qui ont souffert d’une infection grave au cours du deuxième trimestre de leur grossesse sont plus à risque de développer une schizophrénie. Durant l’enfance, les personnes harcelées souffrent d’un traumatisme crânien et les enfants maltraités courent un risque plus élevé de schizophrénie. De même, les adolescents qui sont victimes d’abus, fument de la marijuana ou souffrent d’un stress excessif sont plus à risque de développer cette maladie.

Les panneaux d’avertissement

Il existe de nombreux signes avant-coureurs, mais ils peuvent être assez subtils. Les jeunes enfants peuvent avoir des signes d’absence ou des mouvements musculaires et des pensées inhabituelles. Les préadolescents peuvent signaler avoir entendu des voix, être isolés socialement et avoir des troubles de la perception. Au cours de l’adolescence, les signes avant-coureurs deviennent plus prononcés, et beaucoup développent une schizophrénie, des signaux indiquant qu’ils entendent des voix, souffrent de dépression, ont des pensées troublantes, de l’anxiété, des troubles du sommeil ou des difficultés avec le travail scolaire.

La difficulté d’identifier les personnes à risque de schizophrénie

Les cliniciens ont du mal à le dilemme de l’identification des personnes à risque. Sachant que 70 % des personnes atteintes d’un trouble de la personnalité schizotypique ne développeront pas de schizophrénie, les cliniciens hésitent peut-être à stigmatiser et à inquiéter inutilement les jeunes adultes et leur famille. D’un autre côté, les cliniciens expriment leurs inquiétudes plus souvent, sachant que plus une crise psychotique est détectée et traitée rapidement, meilleur est le pronostic à long terme.

Stratégies préventives

Les chercheurs mènent des études sur des mesures préventives telles que la prise de choline pendant la grossesse. Il a été démontré que la choline améliore le déclenchement de l’audition, ce qui aide les bébés à éliminer le bruit De mauvais déclencheurs auditifs ont été corrélés à des psychoses et à des maladies psychiatriques. D’autres options de prévention incluent des programmes de lutte contre l’intimidation, des programmes de thérapie cognitivo-comportementale (TCC), des médicaments psychiatriques ou autres.

Les stratégies préventives sont difficiles à étudier adéquatement pour une affection relativement rare dont la progression est si lente. dont les études de prévention à long terme sont coûteuses et prennent beaucoup de temps. Cependant, les chercheurs persistent et continuent d’étudier cette maladie invalidante dans le but d’une prévention complète, d’une prise en charge correcte et, finalement, d’un remède. Les cliniciens croient que la stratégie la plus efficace contre la schizophrénie consiste à éliminer la stigmatisation qui entoure cette maladie. À mesure que les gens deviendront plus à l’aise d’en parler, de le reconnaître et d’aider ceux qui souffrent de cette maladie, des recherches et des options de traitement suivront.

Rédigé par : Lisa Borsellino, BSc Traduit par : Paige Ross

Référence : Couzin-Frankel, J. Les scientifiques apprennent à prédire la psychose des années à l’avance, et éventuellement à la prévenir. Science Magazine. 16 novembre 2017. http://www.sciencemag.org/news/2017/11/scientists-are-learning-predict-psychosis-years-advance-and-possibly-prevent-it