Quels sont les revenus pris en compte pour le calcul d’une pension alimentaire ?

38

En droit de la famille, lorsqu’il s’agit de calculer la pension alimentaire pour enfants, plusieurs facteurs entrent en jeu, dont le revenu des personnes concernées. Que faites-vous lorsque le revenu déclaré d’un parent n’est pas représentatif de son revenu réel ? Quels sont les différents scénarios qui influencent le calcul de la pension alimentaire ? Nos avocats en droit de la famille de Québec, de Lévis et de Montréal vous expliquent.

Revenu déclaré par rapport au revenu réel

La croyance populaire est que la pension alimentaire est calculée uniquement sur la base du revenu déclaré aux autorités fiscales par chaque parent l’année précédente. En fait, les règles sont plus complexes.

A voir aussi : Comment lutter contre l'isolement social ?

Revenu déclaré

Parfois, le revenu utilisé aux fins du calcul de la pension alimentaire est en fait le revenu déclaré aux autorités fiscales. Nous pensons ici en particulier aux cas où le parent a un emploi en tant que salarié et ne bénéficie d’aucun avantage accessoire à son travail. Il s’agit du scénario le plus simple.

Revenus réels

Dans plusieurs situations, un parent se verra facturer un revenu fictif aux fins du calcul de la pension alimentaire. L’imputation du revenu survient lorsque le revenu déclaré n’est pas représentatif du revenu réel d’un parent.

A lire également : Comment écrire une lettre au tribunal administratif ?

Cas spéciaux

L’actionnaire d’une société

Lorsqu’un parent est propriétaire d’une entreprise, plusieurs éléments comptables et fiscaux de la société seront examinés pour déterminer si des ajustements de revenu sont nécessaires pour le calcul de la pension alimentaire.

Par exemple, si la société possède des montants importants de bénéfices non répartis, ces bénéfices pourraient être affectés au revenu personnel de la société mère concernée.

La vaste jurisprudence en la matière montre que les tribunaux peuvent attribuer entre 5 % et 100 % des bénéfices non distribués d’une entreprise aux revenus de la société mère concernée. Chaque cas doit être analysé en fonction des circonstances.

Les tribunaux analyseront également les divers avantages dont pourrait bénéficier le parent propriétaire d’une entreprise. Pensez à utiliser un véhicule au nom de l’entreprise ou à utiliser la carte de crédit de l’entreprise pour les dépenses quotidiennes telles que l’épicerie, les achats personnels ou les déplacements. La valeur de ces avantages pourrait être convertie en revenu.

L’employé qui bénéficie de divers avantages

De même, lorsqu’un parent a le statut de salarié et travaille dans une entreprise qui lui offre plusieurs avantages accessoires, la valeur de ces avantages pourrait être convertie en revenu. On peut notamment penser aux cas suivants :

  • Absences ou congés payés à la retraite
  • Contribution de l’employeur à un REER détenu par le parent
  • Contribution de l’employeur à un régime d’assurance
  • Allocations de dépenses liées à l’emploi (pour la partie qui excède les dépenses réelles)
  • Utilisation d’une prime d’automobile ou de kilométrage
  • Stationnement allocation
  • Indemnité de déplacement
  • Remboursement d’une avance à l’actionnaire
  • Indemnités de distance

Cependant, il ne faut pas oublier que chaque cas est évalué individuellement, selon les circonstances.

Le bénéficiaire de l’aide parentale

Il peut arriver qu’un parent reçoive des avantages de ses propres parents.

Exemple : Jean est le fils d’Armand et Rita. Ils versent 1 000$ par mois à Jean pour l’aider dans sa vie. Le calcul de la pension alimentaire que Jean doit payer pour son propre fils Jacob devra tenir compte de cette pension mensuelle.

Les tribunaux ont établi que l’aide financière récurrente d’un parent peut être considérée comme un revenu. En outre, lorsque les parents paient les courses, fournissent un logement ou engagent diverses dépenses quotidiennes, une valeur pourrait être attribuée à ces « services » et cette valeur pourrait être imputée au revenu du parent.

La baisse des revenus ou la perte d’un emploi

Un arrêt de travail, une baisse de revenus ou une perte d’emploi peuvent avoir une incidence sur le calcul de la pension alimentaire. La règle est donc que le revenu utilisé pour calculer la pension alimentaire est celui de l’année en cours.

Toutefois, lorsque ces revenus ne sont pas représentatifs du revenu réel dont dispose un parent, l’article 9 du Règlement sur la détermination des pensions alimentaires pour enfants permet l’utilisation du revenu prévisible des 12 prochains mois.

La baisse des revenus due à une réorientation professionnelle

Les tribunaux ont établi par le passé qu’un parent qui veut améliorer son cheminement de carrière ne peut être blâmé pour un changement de carrière ou un retour aux études. Dans ce cas, une baisse de revenu pourrait justifier le recalcul de la pension alimentaire pour enfants en fonction du revenu actuel de ce parent.

Attention, le tribunal doit être convaincu du sérieux de la démarche professionnelle et veiller à ce qu’elle ne soit pas faite afin de contourner son maintien obligations.

Le parent sans revenu

Dans le cas où l’un des parents est sans revenu, les tribunaux seront prudents dans le calcul de la pension alimentaire.

Qu’arrive-t-il à un parent qui quitte volontairement son emploi pour éviter de payer une pension alimentaire pour enfants jugée trop élevée ? La jurisprudence est cohérente selon laquelle un parent qui choisit consciemment de ne pas travailler, sans raison valable, alors qu’il est en mesure de le faire, peut se voir imposer un revenu fictif sur la base de sa capacité de gain.

Par exemple, un parent qui travaillait comme infirmier pourrait se voir facturer un revenu fictif basé sur le salaire moyen d’une infirmière.

Le calcul de la pension : revenu brut ou net ?

Tous les revenus et avantages sociaux reçus par un parent doivent être pris en compte aux fins du calcul de la pension alimentaire pour enfants. Cela inclut en particulier les revenus réels, imposables ou non, les revenus non déclarés le travail et divers avantages accessoires résultant de l’emploi. Le calcul est basé sur le revenu brut total, sauf quelques rares exceptions.

Par exemple, un militaire reçoit une prime non imposable dans le cadre d’un déploiement. Le montant net de cette prime sera converti en revenu brut, comme s’il s’agissait d’un salaire imposable.

Nous contacter

Si vous rencontrez des problèmes familiaux liés au calcul de la pension alimentaire, n’hésitez pas à contacter dès maintenant les avocats en droit de la famille de Verreau Dufresne Avocats.