Comment est la respiration en fin de vie ?

14

Du point de vue du vétérinaire, l’appel à un chat en détresse respiratoire annonce souvent une issue pessimiste. Cependant, les chances de survie peuvent être considérablement augmentées si l’animal est pris en charge à temps.

Contactez un vétérinaire

A lire également : Comment on fait quand on arrive pas à dormir ?

1) Comment savoir si mon chat est en détresse respiratoire ?

Le syndrome de détresse respiratoire correspond à une atteinte des voies respiratoires ou des poumons entraînant une forte diminution, voire un arrêt pur et simple, de la fonction respiratoire. Ainsi, les organes de l’animal ne sont plus alimentés en oxygène, on parle d’hypoxie. Privés de ce gaz, les organes subissent des dommages importants qui s’avéreront rapidement irréversibles. La détresse respiratoire est donc une urgence grave qui doit être prise en charge immédiatement .

Les signes cliniques de détresse respiratoire sont marqués. Il est ainsi possible d’observer systématiquement des efforts considérables pour respirer. Cela se caractérise par : des bruits d’inspiration ou d’expiration, une respiration avec la bouche ouverte, de larges mouvements des côtes, des narines qui se dilatent à l’inspiration et enfin des mouvements de l’abdomen. On dirait que le chat « respire avec son ventre  ». L’animal peut également avoir une toux sévère. Enfin, le manque d’oxygène peut entraîner une cyanose, il s’agit d’une coloration bleutée des gencives, de la langue ou de l’intérieur des paupières du chat. Bien sûr, l’animal est très abattu.

A lire également : Quels aliments pour faire baisser les gamma GT ?

Le syndrome de détresse respiratoire peut avoir plusieurs origines. Cela peut survenir à la suite d’un empoisonnement ou d’un traumatisme . Elle peut également être la conséquence d’une infection grave ou d’une obstruction des voies respiratoires. La fausse déglutition, c’est-à-dire l’aspiration du contenu alimentaire dans les poumons, est également une cause fréquente de détresse respiratoire aiguë.

2) Comment réagissez-vous dans un tel cas ?

Le syndrome de détresse respiratoire est le signe d’une maladie respiratoire très grave échec, et comme nous l’avons vu, les conséquences peuvent être fatales à très court terme. Il est donc essentiel de réagir rapidement en faisant appel immédiatement à une structure vétérinaire. Si des signes de détresse surviennent en dehors des heures d’ouverture traditionnelles, sachez que de nombreuses cliniques offrent un service d’urgence 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Si ce n’est pas le cas, le numéro d’un vétérinaire de garde vous sera nécessairement communiqué.

Lorsque vous êtes en ligne avec la clinique vétérinaire, il est important d’essayer de garder la tête froide et de décrire précisément les signes que vous observez. Comme nous l’avons vu, la détresse respiratoire survient dans certains contextes spécifiques. Il est donc nécessaire de penser à signaler tout événement anormal qui a précédé les signes : accident, chute, chute brutale, etc. De plus, il est important de suivre les instructions données par la personne à l’autre bout du téléphone.

Si le vétérinaire ou l’assistant pense que c’est un syndrome de détresse respiratoire aiguë, il vous sera probablement demandé d’amener votre animal de compagnie le plus rapidement possible . Lors du transport, pensez à prendre soin de votre animal de compagnie en le soulevant avec précaution. Il est essentiel de laisser les voies respiratoires aussi dégagées que possible. Par conséquent, vous devez absolument éviter de mettre des couvertures devant votre nez ou votre bouche. De même, vous devez éviter de placer votre chat dans une cage de transport pendant le trajet vers les urgences. En effet, cet espace restreint limite la ventilation de l’animal.

3) Et quelle est la prochaine étape ?

Une fois votre animal à la clinique, le vétérinaire diagnostiquera rapidement une détresse respiratoire aiguë. Le défi sera alors de stabiliser l’animal afin de garantir le maintien de ses fonctions vitales. Pour cela, l’oxygène sera fourni par voie respiratoire. Selon le contexte, il est également possible d’administrer des anti-inflammatoires, des analgésiques ou des solutions pour perfusion intraveineuse.

Une fois que le la crise respiratoire est sous contrôle, il sera possible d’en rechercher l’origine. Plusieurs examens peuvent alors être réalisés : radiographies, échographies, prises de sang, etc. La poursuite du traitement dépend des résultats de ces examens complémentaires.

Cependant, pendant la phase de récupération de l’attaque de détresse respiratoire, l’animal nécessite une surveillance médicale renforcée. Ainsi, la fréquence cardiaque, la fréquence respiratoire, la température et d’autres paramètres sont régulièrement évalués. Cela vise à évaluer le rétablissement du chat et à prévenir les rechutes. Il est donc très probable qu’à la suite d’un épisode de détresse respiratoire, votre chat reste hospitalisé pendant plusieurs jours pour surveillance.

Lorsque son état sera jugé suffisamment stable, votre chat pourra rentrer chez lui. Mais il faut garder à l’esprit qu’une crise de détresse respiratoire est un épisode grave qui n’est jamais sans conséquences pour le reste de la vie de votre animal. En outre, c’est important de respecter les consignes données par le vétérinaire afin d’assurer une meilleure qualité de vie à votre compagnon.

Grâce aux informations ci-dessus, vous êtes maintenant en mesure de reconnaître les symptômes et les contextes d’apparition de ce type d’urgence.

Consultez nos tarifs Crédit Fotolia : #181976807 —Kaninstudio