Comment choisir une assurance vie ?

1162

L’assurance vie est le placement le plus choisi par les Français. La Fédération française de l’assurance annonce que le montant total des contrats d’assurance vie est de 144.6 milliards d’euros en 2019. En effet, si ce type de placement suscite de l’engouement, c’est parce qu’il permet de faire fructifier son capital, de bien préparer sa retraite et de transmettre son patrimoine. Vous envisagez de souscrire une assurance vie ? Découvrez quels sont les critères à retenir pour bien faire votre choix.

Vos besoins

Avant de choisir la meilleure assurance vie, il convient d’abord de définir son profil de placement. Cela se fait en déterminant d’abord le montant à investir, les objectifs visés (projet immobilier, retraite…), sa situation personnelle (âge, situation familiale, connaissance en informatiques…).

A découvrir également : Guide ultime pour choisir la maison de retraite idéale pour vos proches

Par ailleurs, il est essentiel de déterminer préalablement le degré de risque auquel vous êtes prêt à faire face. Le risque s’applique directement sur le capital investi. Le choix entre les supports dynamiques (immobilier, bourse…) et les fonds en euro en dépend.

La qualité de l’assureur

Nombreux sont les assureurs ou les organismes qui proposent des contrats d’assurance vie. Chaque établissement n’offre pas les mêmes services, d’où l’intérêt de bien choisir pour éviter toute mauvaise surprise. L’idéal serait de miser sur un assureur renommé et reconnu.

A lire en complément : Qui est cap retraite ?

Il est plus judicieux de faire confiance à un assureur ou à un organisme expérimenté puisque seuls ces professionnels maîtrisent le secteur. Évitez les établissements débutants qui proposent des tarifs trop bon marché puisque cela montre que leurs connaissances en assurance vie sont très limitées.

Les frais du contrat

Les frais qui s’appliquent sur le contrat d’assurance vie sont fixés librement par les assureurs. Ce qui signifie qu’il est tout à fait possible de trouver des contrats qui coûtent moins cher et des contrats très onéreux. Pour certains établissements, ils incluent dans le contrat les frais des moindres services qu’ils proposent.

Ainsi, la facture grimpe rapidement, ce qui n’est pas sans conséquence sur le coût global et la rentabilité du placement. D’autres assureurs semblent proposer des tarifs plus accessibles, alors qu’ils appliquent en réalité des frais cachés. Alors, pour éviter des placements trop risqués, pensez à vérifier en amont les frais appliqués.

Sécuriser une partie de l’épargne

Vous pouvez configurer vos placements à votre guise. Vous avez la possibilité de miser sur diverses formules, selon que vous cherchez plus de rendements (mais avec des risques plus élevés) ou plus de sécurité (mais moins rentables).

Si l’assurance vie est très prisée par les Français en ce moment pour la sécurisation de leur épargne, c’est parce que cette solution a l’atout d’être plus rentable par rapport au livret A et qu’elle permet le retrait des fonds à n’importe quel moment.

La plupart d’entre eux choisissent de sécuriser une partie de leur placement, selon l’adage « il ne faut pas mettre tous les œufs dans le même panier ». Il s’agit d’une stratégie gagnante étant donné qu’ils misent partiellement sur des fonds en euros. Certes, ceux-ci n’offrent que très peu de rémunérations, mais ils permettent cependant de garantir les fonds déposés.

Pour sécuriser votre placement, vous avez la possibilité d’épargner une partie de votre capital sur des fonds en euros et l’autre partie plus ou moins importante sur des unités de compte. Ces dernières ont l’atout d’être plus rémunératrices mais plus risquées.

Bien choisir les unités de compte

Les unités de compte se choisissent si vous cherchez à dynamiser votre placement. Même si elles sont plus rentables par rapport aux fonds en euros, elles comportent cependant des risques élevés dans la mesure où le capital épargné n’est pas garanti.

Si vous choisissez, cependant, de miser sur les unités de compte, vous avez le choix entre les obligations, les actions, les fonds immobiliers… Elles offrent une rémunération entre 4 % et 7 %, contre 1 % à 2 % pour les fonds en euros.

La gestion à distance

À l’heure de l’évolution technologique, vous n’avez plus à vous déplacer en agence chaque fois que vous souhaitez suivre ou gérer vos opérations en ligne. Certains assureurs ou organismes vous donnent la possibilité de faire la suivie et la gestion à distance, via un smartphone, une tablette ou un ordinateur. Ce service est généralement gratuit.

Contrat collectif ou contrat individuel ?

Un choix s’opère entre un contrat collectif et un contrat individuel. L’avantage du contrat individuel est qu’il vous propose plus de souplesse et de garanties. Avec celui-ci, votre courtier n’est pas autorisé à modifier unilatéralement les clauses du contrat tant qu’il n’obtient pas votre accord.

Dans le cadre d’un contrat collectif, votre contrat est géré par un intermédiaire (une association dans la majorité des cas). Ce dernier peut prendre des décisions sans qu’il ait besoin de votre aval. Avec ce type de contrat, vous aurez donc la possibilité d’obtenir des décisions contraires à vos principes. D’où l’intérêt de bien faire votre choix.

La fiscalité de l’assurance vie

La fiscalité de l’assurance-vie est aussi un critère important à prendre en compte lors du choix de votre contrat. En effet, chaque type d’assurance-vie dispose de sa propre fiscalité.

Il existe deux types d’impôts : l’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux. Les bénéficiaires seront imposés en fonction des versements effectués après leur souscription à un ou plusieurs contrats.

Dans le cas où vous détenez une assurance-vie depuis plus de 8 ans, vous serez exempté d’un impôt supplémentaire (prélèvement libératoire). Dans ce cadre-là, il semble judicieux d’envisager la transmission anticipée pour vos proches afin qu’ils puissent bénéficier d’une exonération fiscale importante.

Les montants versés au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) dans les contrats sont soumis aux droits successoraux qui diffèrent selon que le défunt était âgé de moins ou plus de 70 ans. S’il avait moins de 70 ans, son conjoint, sa conjointe, ainsi que ses enfants et petits-enfants récupéreront chacun une partie des capitaux.

En revanche, s’il avait intégré des financeurs associatifs et des amis dans ses dispositions testamentaires, ce sont bien eux qui ont la priorité légale sur les biens transmis. Si c’est le cas pour vous, il peut être intéressant d’introduire ces personnes comme bénéficiaires dès maintenant. Cela évitera toute contestation ultérieure devant les tribunaux.

N’oubliez pas que la fiscalité ne doit pas être votre seul critère de choix. Vous devez prendre en compte l’ensemble des avantages et inconvénients relatifs à chaque type d’assurance-vie pour faire un choix éclairé.

Les options de sortie du contrat

Après avoir choisi votre contrat d’assurance-vie, pensez à bien connaître les différentes options de sortie du contrat. Effectivement, ces options ont une incidence sur la rentabilité et l’utilisation des fonds.

La première option est le rachat partiel ou total du contrat. Elle permet au souscripteur de récupérer tout ou partie des sommes investies dans son assurance-vie en fonction de ses besoins financiers. Le rachat peut être effectué à tout moment mais entraîne souvent une perte fiscale s’il intervient avant 8 ans.

Une autre option consiste à opter pour le versement programmé qui permet d’étaler la sortie d’un capital par mensualités pendant plusieurs années afin d’éviter un impact fiscal trop élevé lié au retrait intégral du capital.

D’autre part, la transformation partielle ou totale de l’assurance-vie en rente viagère peut aussi être envisagée pour bénéficier d’un revenu régulier jusqu’à la fin de sa vie. Dans ce cas précis, l’impôt sera moins conséquent car il sera étalé sur toute la période où vous toucherez cette rente plutôt que concentré sur un seul exercice fiscal comme c’est le cas pour les autres modes de liquidation.

Il existe aussi une clause bénéficiaire démembrée qui permet à deux personnes distinctes (usufruitier et nu-propriétaires) héritant chacune sous conditions différentes après le décès du souscripteur (le donateur) ayant inscrit leurs noms dans ladite clause grâce auxquels elles se partageront ultérieurement entre elles biens dont elles ont héritées selon leur statut spécifique.

L’assurance-vie est donc un produit d’épargne souple et polyvalent qui permet de répondre à différents objectifs selon votre profil investisseur. Pensez à bien comprendre les options liées au contrat pour optimiser son utilisation et ses avantages fiscaux.