Pension de réversion : les réponses à vos questions !

4

On peut définir la pension de réversion comme une rente qu’on verse au conjoint de l’assuré lorsque ce dernier décède. C’est une partie de la retraite que l’assuré aurait dû profiter. La pension de réversion n’est pas octroyée automatiquement, car le bénéficiaire doit en faire la demande dans le régime de base. Vous devez également comprendre qu’elle n’est accordée que sous certaines conditions.

Qui peut bénéficier de la pension de réversion ?

Comme nous l’avons évoqué ci-dessus, la pension de réversion est versée à l’époux de l’assuré décédé. Il faut également que le mariage du couple ait duré un certain temps. Cette pension n’est pas accordée au veuf qui a été en union libre, en concubinage ou en pacs avec le défunt. Il est à préciser que dans certains cas, la pension est partagée entre les ex-époux du défunt.

Lire également : Qu'est-ce qu'un plafond de cotisation ?

Si le défunt était fonctionnaire, les enfants qu’il a laissés peuvent également figurer parmi les ayants droit. Cependant, dans les deux cas, vous ne pouvez percevoir la pension de réversion que si vous respectez certaines conditions d’âge et de ressources. Pour en savoir plus, allez sur pension-reversion.fr.

À quel régime la pension de réversion est-elle ouverte ?

On peut parler de pension de réversion dans tous les régimes de base et complémentaires. Elle est ouverte entre autres au régime général de la Sécurité Sociale et AGIRC-ARRCO, aux travailleurs indépendants à la MSA, à la fonction publique et IRCANTEC, aux professions libérales et à la fonction publique.

A découvrir également : Quel changement pour les retraites en 2020 ?

Quel est l’âge requis pour percevoir cette pension ?

Il est à préciser que l’âge à partir duquel on peut profiter de cette pension dépend surtout du régime social dont dépend le défunt. Dans la plupart des régimes de base et complémentaires, les ayants droit peuvent la toucher à partir de 55 ans. Si le défunt était dans la fonction publique, l’âge n’est pas considéré pour les bénéficiaires.

À combien cette pension s’élève-t-elle ?

La pension de réversion n’a pas le même montant pour tous les bénéficiaires. En effet, elle est calculée en fonction de la pension de base et complémentaire de retraite que le défunt avait reçue et aurait dû recevoir. Il y a quand même des montants plafonds et des montants planchers qu’il faut respecter pour chaque régime. Il est même possible d’avoir une majoration de la pension de réversion quand le veuf reçoit le minimum de vieillesse.

La pension de réversion est-elle cumulable avec les autres revenus ?

Qu’entendez-vous avec d’autres revenus ? Sachez que la pension de réversion ne peut être cumulée avec l’allocation veuvage. Si vous touchez la pension d’invalidité de veuf, vous ne pourrez pas non plus toucher la pension de réversion. Si le veuf survivant est invalide, il pourra toucher la pension d’invalidité de veuf qu’on considérera comme la réversion.

Qu’en est-il de la fiscalité de la pension de réversion ?

La pension de réversion est imposable à l’impôt sur le revenu. Elle profite de l’abattement de 10% qu’on accorde aux pensions de retraite déclarées. Pour la déclaration fiscale, faites-vous aider par un professionnel pour ne pas vous tromper.