Comment fonctionne un Pasa ?

21

Qu’est-ce que c’est ?

Un pôle d’activités et de soins adaptés ou PASA est une unité, un lieu de vie construit au cœur même d’un EHPAD et permettant d’accueillir, pour la journée, des patients atteints de la maladie d’Alzheimer ou d’une autre maladie neurodégénérative.

Il s’agit d’un espace permettant de prendre en charge des résidents souffrant de troubles du comportement modérés, un jour par semaine ou plusieurs, et de leur offrir un soutien social et thérapeutique. Pour cela, des activités sont organisées par l’équipe à la tête du PASA et pour chaque résident, individuellement, en fonction de son projet de vie.

Lire également : Comment est la respiration en fin de vie ?

Les maisons de retraite médicalisées ne disposent pas nécessairement d’un centre d’activités et de soins adaptés. Pour savoir si la maison de retraite que vous ciblez possède un PASA, vous pouvez consulter le répertoire des maisons de retraite qui contient des informations sur la présence ou non d’un PASA dans l’établissement choisi. Si vous recherchez un EHPAD dans cet annuaire et que vous voulez absolument qu’il ait un PASA, vous pouvez filtrer votre recherche en sélectionnant le critère « PASA ».

Lisez aussi : Unité protégée Alzheimer et CANTOU : qu’est-ce que c’est ?

A voir aussi : Axisanté : la suite logiciel

Comment cela fonctionne-t-il ?

Un centre d’activités et de soins est une unité limitée à 14 résidents. Le pôle accueille les patients de 10 h à 18 h et propose le déjeuner au restaurant PASA. Plusieurs PASA proposent des activités uniquement du lundi au vendredi mais certains établissements offrent désormais des soins aux résidents de un à sept jours par semaine, y compris les fins de semaine.

L’équipe multidisciplinaire de PASA est chargée d’offrir le meilleur système de soutien possible aux résidents. Il s’agit d’un personnel adapté qui a suivi une formation spécifique à l’accompagnement des personnes présentant des troubles du comportement et qui a besoin d’être stimulé.

En général, l’équipe du PESF comprend :

  • un médecin coordinateur (celui de l’EHPAD) qui valide l’admission du résident dans le centre et dirige l’équipe
  • Assistants de soins gérontologiques (ASG) qui prennent en charge les résidents en ce qui concerne les actes de la vie quotidienne et également pendant
  • animations un psychomoteur ou un ergothérapeute qui dirige des activités de coordination
  • et un psychologue qui participe à l’évaluation des résidents avant ou après leur admission. Il fournit également un soutien aux soignants familiaux.

© iStock Pour qui ?

L’accueil au PASA est principalement réservé aux résidents de l’EHPAD qui souffrent de la maladie d’Alzheimer et qui peuvent bénéficier des activités organisées et dirigées par l’équipe multidisciplinaire. Cependant, le centre d’activités et de soins n’est pas recommandé pour tous les stades de la maladie d’Alzheimer. Il est adapté pour les personnes :

  • qui ont une déficience cognitive modérée
  • et qui présentent des troubles du comportement modérés.

Lisez aussi : Le modèle PATHOS dans les maisons de retraite

Critères d’éligibilité au PA

Pour être admis à un PASA, il est nécessaire de répondre à des critères très spécifiques qui ont été définis par le ministère de la Solidarité et de la Cohésion sociale. Ces critères ont été définis dans une circulaire sur la création de PASA et UHR (Reinforced Accommodation Units) dans le cadre du Plan Alzheimer.

L’accueil dans un PASA est offert aux résidents qui répondent aux critères suivants :

  • le patient doit être atteint de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée (maladie à corps de Lewy, maladie de Pick, maladie de Parkinson, etc.)
  • il doit également avoir des problèmes de comportement modérés tels que l’apathie, l’agitation ou la promenade qui peuvent compromettre sa sécurité et sa qualité de vie ainsi que ceux qui l’entourent
  • il ne doit pas être atteint d’un syndrome confondant (état de confusion mentale causé par une tension inhabituelle sur le corps et l’esprit)
  • il doit être mobile (cela inclut les patients en fauteuil roulant)
  • et il doit, bien entendu, donner son consentement.

Lors de l’admission d’un patient, et plusieurs fois au cours de l’accueil du patient, l’équipe multidisciplinaire de l’EHPAD, dirigée par un médecin coordinateur, peut évaluer les capacités du patient avec La maladie d’Alzheimer. L’objectif de cette évaluation est d’offrir les meilleurs soins possibles pour répondre aux besoins spécifiques du patient.

L’admission au PSE peut être proposée lorsqu’elle est considérée comme vraiment bénéfique pour le patient et sa famille. Il est important que le résident donne son consentement, ainsi que sa famille, aux soins de l’ASP. Pour entrer au PAES, le résident doit subir une évaluation médicale et un diagnostic. L’équipe doit rencontrer chaque famille de résidents pour les informer du fait que leur proche peut rejoindre le pôle afin d’améliorer leur soutien thérapeutique et de renforcer leur bien-être au sein de leur EHPAD.

Lisez aussi : Unités de soins de longue durée ou LULD

Quelles sont les activités proposées ?

Au sein du PASA, le soutien des résidents comprend plusieurs activités visant à prendre en charge les différents actes de la vie quotidienne et à répondre de manière adaptée aux besoins de stimulation des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Les différentes activités proposées font il est possible de renforcer notamment :

  • les capacités motrices et cognitives du patient par des ateliers de cuisine, d’activités physiques, de jardinage, de stimulation de la mémoire
  • fonctions sensorielles avec musicothérapie, création artistique, chant, ateliers de massage, peinture
  • le lien social entre les résidents avec l’organisation de repas, d’activités et de projets en commun, de sorties

Ces activités sont organisées pour maintenir les acquis en place, préserver l’autonomie des résidents et favoriser leur bien-être.

Il est possible d’évaluer les résultats et les progrès des individus en remplissant des grilles d’évaluation pour chaque activité et chaque personne participant aux activités. Chaque mois, un résumé des activités est réalisé afin d’évaluer les soins en cours et de les réajuster si nécessaire.

Chaque semaine, l’ensemble de l’équipe ASAP se réunit pour évaluer de manière exhaustive les besoins des résidents pour adapter et/ou améliorer les ateliers proposés et les packages de soutien pour le la semaine prochaine. L’équipe multidisciplinaire évoque ces différents points pour adapter au mieux le soutien proposé et ainsi définir correctement les objectifs à atteindre pour chaque résident.

A lire aussi : Quelles sont les activités proposées dans les maisons de retraite ?

Combien cela coûte-t-il ?

Pour accueillir un résident au cœur d’un PASA, il n’est pas nécessaire de demander un tarif supplémentaire au tarif journalier déjà en vigueur dans l’EHPAD. En effet, cela fait déjà partie des possibilités de prise en charge des résidents atteints de la maladie d’Alzheimer, mises en place par l’établissement pour optimiser leur prise en charge.

Le tarif journalier dans un EHPAD peut varier en fonction de la région où se trouve l’établissement. Ainsi, en Bretagne, le prix médian de l’hébergement en maison de retraite est de :

  • 1757 euros pour les Côtes-d’Armor
  • 1663 euros pour le Finistère
  • 1888 euros pour l’Ille-et-Vilaine
  • et 1897 euros pour le Morbihan

Dans le Grand Est, le taux médian de logement en maison de retraite varie selon les départements : 1925 euros pour les Ardennes, 1915 euros pour la Meurthe-et-Moselle et 1616 euros dans la Meuse.

En Ile de France, les taux sont plus élevés, ils sont même les plus élevés de France (ils peuvent rapidement atteindre 3154 euros à Paris).

La moyenne nationale est d’environ 1950 euros par mois.

A lire aussi :© iStock Demande de résidence pour personnes âgées Via Trajectoire : comment faire ?

Aides possibles

Comme il n’y a aucun coût supplémentaire pour l’intégration du résident dans un PSE, les aides disponibles sont les mêmes que celles offertes lors de l’entrée dans une maison de retraite. Ainsi, le résident peut demander une aide financière pour faciliter le paiement de son logement. Cela inclut :

  • l’allocation d’autonomie personnalisée, qui permet de financer les dépenses de dépendance des personnes âgées en fonction de leurs besoins quotidiens (toilettes, repas, mobilité, etc.). Pour bénéficier de l’APA, la personne doit être âgée de plus de 60 ans, être en situation de perte d’autonomie nécessitant une assistance pour tous les actes essentiels de la vie, résider de manière stable et régulière en France ou pour les étrangers, être en situation régulière sur le territoire. Enfin, il est nécessaire d’avoir un GIR compris entre 1 et 4 (selon la grille de l’AGGIR pour le niveau de dépendance des personnes âgées).
  • une aide sociale qui contribue au financement des frais de logement de la personne. Toute personne âgée à faible revenu peut en bénéficier pour améliorer sa qualité de vie.
  • les déductions fiscales, une réduction d’impôt qui s’applique uniquement aux dépenses réellement engagées. Les déductions permettent de connaître le montant de l’aide liée à la dépendance et au logement que la personne reçoit. Si la personne n’a que des frais d’hébergement et aucun frais de dépendance, elle n’aura pas droit à des déductions fiscales.
  • et l’allocation logement personnalisée, qui est principalement une subvention pour les dépenses liées à logement (tous les services de l’administration générale, la réception de l’hôtel, la restauration et les divertissements non liés à la partie dépendance). Il est calculé en fonction des ressources de la personne, du coût d’hébergement de l’établissement et de l’emplacement de l’établissement.

Lisez également :

  • Le traitement des personnes âgées : qu’est-ce que c’est ?
  • Le personnel infirmier EnehPad